Quand et comment peut-on déshériter ?

Quand et comment peut-on déshériter ?

Lors d'une précédente chronique (cf. La Liberté du 23 novembre 1999), il a été exposé que le Code civil limite la liberté de la personne qui veut attribuer ses biens par disposition pour cause de mort en prévoyant que certains héritiers – dits réservataires – ne peuvent pas être privés d'une part de la succession. Il s'agit du conjoint et des descendants, ainsi que des père et mère lorsque le défunt n'a pas de descendant. Ce n'est qu'à titre exceptionnel que ces héritiers peuvent être déshérités - ou exhérédés selon l'expression légale -. La mesure doit être justifiée par leur comportement répréhensible ou leur insolvabilité.

 

Il y a deux sortes de méconduite qui justifient l'exhérédation. Tout d'abord, lorsqu'un héritier commet un délit grave contre le défunt ou l'un de ses proches. Il peut s'agir d'un meurtre, de lésions corporelles, de calomnie, de vol, etc. Ensuite, si l'héritier a gravement failli aux devoirs de famille, par exemple à l'aide et aux égards mutuels que se doivent parents et enfants. En revanche, un manquement quelconque à la coutume ou aux bons usages dans les relations familiales, comme une parole vive, un geste déplacé ou de la froideur, n'est pas considéré comme une cause suffisante.

 

La clause prévoyant que l'héritier est déshérité doit figurer dans un testament ou un pacte successoral. Pour être valable, elle doit indiquer les faits concrets qui la justifient. Des reproches formulés en termes généraux ne suffisent pas. Il faut donc être plus précis que les formulations "après ce que mon fils m'a fait" ou "parce que ma femme s'est comportée de façon injurieuse à mon égard". Il est conseillé d'indiquer, dans la mesure du possible, des moyens de preuve étayant les griefs à l'encontre du déshérité. Cela permettra, en cas de contestation, d'établir la validité de l'exhérédation.

 

L'exhérédation permet au disposant de priver l'héritier de tout ou partie de sa part réservataire. Il peut attribuer cette part à une personne de son choix. Sa liberté n'est limitée que par la réserve instituée en faveur des descendants du déshérité. En d'autres termes, ce n'est que si le déshérité n'a pas de descendant qu'augmente la part que le disposant peut librement attribuer. Par exemple, le disposant sans enfant qui exhérède son épouse peut attribuer à sa guise l'entier de sa succession. Si le disposant ne précise pas le sort de la part du déshérité, celle-ci va aux héritiers légaux, comme si l'héritier écarté de la succession était décédé avant l'auteur du testament. C'est ainsi que si le déshérité a des descendants, ceux-ci héritent à sa place, alors que, faute de descendant, la part accroît celle de ses cohéritiers.

 

Lorsqu'un disposant à un descendant insolvable, contre lequel il existe des actes de défaut de biens au moment de son décès, la loi lui permet de le déshériter pour la moitié de sa réserve. Il évite ainsi que la part entière de sa succession dévolue à son descendant ne bénéficie qu'aux seuls créanciers de celui-ci. Le Code civil pose comme condition impérative que le disposant attribue la moitié préservée aux enfants du déshérité, nés ou à naître. L'exhérédé peut annuler la clause si, lors de l'ouverture de la succession, il n'existe plus d'acte de défauts de biens ou, s'il en demeure, lorsque leur montant total n'excède pas le quart de son droit héréditaire.

 

Grégoire Piller

Paru dans La Liberté

 

Etude Piller & Morel

Avocats & Notaire

Avenue du Midi 37

CH-1700 Fribourg

etude@piller-morel.ch

T +41 (0)26 425 56 56

F +41 (0)26 425 56 66


Etude secondaire

Grand-Rue 20

1680 Romont

T +41 (0)26 652 56 56